Site 57330714d6c3d.jpg Site 573307225e6f3.jpg
Voir le site du château d'eau
Edito

Notre Rendez-vous

Vous tenir informer de ce que votre équipe municipale réalise au quotidien avec pour unique ambition Lagraulet, voilà l’objectif ce de rendez-vous que nous vous fixons. Pour qu’à votre tour vous puissiez être des ambassadeurs de votre village, des témoins de son évolution. Dans ce monde qui semble ne jamais vouloir faire de pause, dans notre société qui privilégie l’instantanéité, nous vous proposons de nous arrêter, ensemble, régulièrement, pour évoquer Lagraulet. Avec sincérité et vérité, avec courage et enthousiasme. Notre rendez-vous !

L’équipe municipale a tourné la page sur les premiers mois de ce mandat marqués par des turbulences inexplicables. Turbulences, il faut l’avouer, qui ont interpellé chacun des élus que nous sommes. Parce que notre engagement n’a d’autre fin que de proposer une existence toujours plus paisible à Lagraulet, n’a d’autre ambition que de faire évoluer notre village, les élus n’ont pas compris que leur action dévouée puisse être ternie. Mais parce que les critiques d’un seul, aussi aiguisées soient-elles, ne peuvent déstabiliser une communauté comme la notre, vos élus sont sortis grandis de cet épisode. Leur détermination est intacte, leur volonté d’agir pour notre village décuplée.

Une photographie de Lagraulet, en ce début d’’année 2016, résume parfaitement la vitalité de notre commune. Notre population est forte de 544 personnes. Nous en comptions 358 en 2005. Cet accroissement considérable nous a permis de sauver notre école et de créer une classe supplémentaire. Désormais, dans le regroupement pédagogique auquel nous appartenons, deux tiers des enfants sont originaires de Lagraulet.

La création de notre gîte, la transformation de notre château d’eau en lieu d’accueil de très belle qualité, ont favorisé le rayonnement de notre bourg. Un chiffre d’affaires de plus de 40 000 euros par an offre un petit excèdent financier à ces réalisations de restauration de notre patrimoine. C’est dans le même esprit qu’est né le projet de la « maison en bois ». Un bar-restaurant permettra d’ajouter une touche de convivialité et le premier étage de ce lieu abritera notre bibliothèque. Ainsi la maison des associations, située face à la maison en bois, retrouvera sa vocation initiale. Des dossiers de financement complémentaires pour ce projet "maison en bois" sont actuellement défendus par vos élus.

L’école sauvée et dynamisée, notre patrimoine embelli pour un accueil touristique qui fait référence dans le département, notre vie associative et culturelle soutenue, mais aussi un accompagnement de nos retraités. Nous nous étions engagés à offrir un espace de vie et des services à nos aînés, le projet devient réalité.

L’ambition affichée est sans détour : permettre à nos retraités de rester, en autonomie et le plus longtemps possible, au cœur de la vie de la commune. Parce que beaucoup ne souhaitent plus forcément vivre à leur domicile, moins adapté à leur nouvelle vie, mais ne se sentent pas prêts à rejoindre une structure très encadrée, Lagraulet a créé un quartier de quatorze logements (T2 et T3), douze en locatif, deux en accession. Ces petites maisons (adaptées aux personnes à mobilité réduite) se nichent au cœur du village, à quelques dizaines de mettre de notre salle des fêtes, dans un écrin naturel particulièrement enviable.

Comme notre commune l’a toujours fait, elle s’est tournée vers des partenaires compétents et exigeants pour mener à bien ce projet ambitieux. C’est le Toit familial de Gascogne (déjà opérateur à Lagraulet pour deux logements puis au quartier L’argenté) qui réalise ces quatorze logements. L’ADMR du Gers, acteur incontournable de l’assistance à la personne, sera aussi partie prenante de notre démarche. Car au centre de notre engament est la personne. Notre souhait est d’offrir, en plus du logement, des services aux futurs résidents. Des services qui ne grèveront pas les finances communales parce que déjà existants. Ainsi peut-on citer le transport pour effectuer ses achats grâce au bus communal, la préparation de repas avec notre cantine scolaire.

De nombreux services à la personne seront proposés pour offrir un mode de vie nouveau et très adapté à nos retraités. Des logements qui bénéficieront aux retraités de Lagraulet et à ceux des communes voisines qui le souhaiteront. Ces logements seront livrés au début de l’été. Dans quelques semaines, nous vous convierons à venir découvrir ces réalisations. D’ailleurs, nous vous donnons rendez-vous sur ce site pour des informations désormais très régulières sur la vie du village et l’avancée de nos projets.

Ainsi, Lagraulet va de l’avant, à l’image de son implication forte au sein de la communauté de communes la Ténareze dont la vice-présidence "urbanisme" a été confiée au maire de notre commune. Lagraulet se développe dans le respect de son environnement avec la fierté de travailler pour ses enfants.

L’équipe municipale de Lagraulet.
Voir l'édito
Riton, en sage du village

Riton, en sage du village

La salopette bleu ne le quitte pas. Elle signe son personnage, silhouette rassurante dans le village. Henri Thieux, plus connu sous le surnom de Riton qu’il traîne depuis cinq décennies sans en connaître l’origine, balade nonchalamment ses 91 ans, rire sculpté sur le visage. Riton est né en mars 1926, au lieu-dit Barthon, sur la propriété agricole parentale. « Je suis allé à l’école de Lagraulet, avec Monsieur et Madame Dubos. Et j’ai eu mon certificat d’études le 17 juin 1940. Le jour où Pétain a demandé l’armistice... »

En égrenant sa vie, Riton s’amuse. Comme un garnement qui vient de faire une jolie bêtise. « Le certificat en poche, j’ai commencé à travailler à la maison. Mais comme tous les petits proprios, il fallait que notre propriété disparaisse. » En 1956, la trentaine toute fraîche, Henri en a assez de tourner en rond. Des nouveaux métiers embauchent. Il veut se former. « Je n’ai trouvé de la place que pour  un stage de coffreur-boiseur ». Pas de quoi le faire rêver, mais le Lagraulétois quitte le village. Ce sera la seule fois de sa vie. Direction Toulouse pour six mois.

« La belle vie ? Tu parles, il fallait avoir du poignon et nous n’en avions pas. Les filles, on les regardait, on n’avait pas le sous,» s’esclaffe-t-il. Il garde toutefois un souvenir joyeux de ce séjour dans la ville Rose. Qu’il décida de quitter dare-dare. « Quand t’as payé la pension, la bouffe, t’as plus rien. Et en plus, en ville, tu ne manges pas comme à la campagne. Non, la ville ce n’était pas fait pour moi. » Alors Riton est revenu au bercail. « Rentré à Lagraulet, j’ai fait le con ! » C’est-à-dire ?  « J’ai travaillé à droite, à gauche, sans être toujours assuré. Mais j’ai vécu, bien nourri par les paysans. Et on buvait du bon vin à l’époque. »

Ainsi est allée la vie de Riton. De petits travaux en moments simples et paisibles. Et de bricolage dans son atelier : « je tiens ça de mon père qui était très doué de ses mains. » Des dons manuels qui lui permettront quelques escapades estivales. « J’avais une amie qui avait des copains à Paris. Un été je l’ai accompagnée. A Paris, on a passé quinze jours à refaire la cuisine de son amie ! » Et ainsi, durant des années, en Normandie, en Champagne, en région parisienne, Riton de Lagraulet partageait vacances, découvertes et bricolage chez des amis d’amis.

Depuis plusieurs décennies, le retraité vit au village. Il partage le quotidien de tous, donne un coup de main, fait découvrir aux enfants de l’école le foulage du raisin. Son dernier projet ? Acheter une maison dans le nouveau lotissement et y construire un atelier ! Il ne l’a pas fait. Non pas que les ans lui pèsent sur les épaules, «  mais j’avais peur que le bruit dérange les voisins et que la fumée du barbecue les agacent ! » Il se marre Riton.

Dans le village sa compagnie est toujours recherchée, comme rassurante. Lui se balade. « Je vais toujours à Condom, Eauze, Auch, Agen. Je ne dis pas que je ne fais pas quelques erreurs, mais pour l’instant je conduis toujours. »

Et si vous le poussez un peu, il ne manquera pas de vous raconter quelques histoires du village.

Lire la suite
Distributeur de Pain

Distributeur de pain en service


Le distributeur de pain a pris place près du monument aux morts cet après midi.

 Un partenariat a été noué avec le boulanger de Gondrin, qui,  tous les jours approvisionnera le distributeur et proposera six produits différents (quatre types de pains, et deux viennoiseries). Averti via son téléphone portable du manque de produits, le boulanger réapprovisionne si besoin. Des produits qui gardent toute leur fraîcheur plus de 24 heures.

Vous pourrez, si vous le souhaitez, demander auprès de la Mairie un badge qui vous permettra d'acheter vos pains ou viennoiseries sans avoir besoin de monnaie. 

 

Lire la suite
Site